Revenir à la navigation Aller au contenu principal
Revenir à la Consultance

Méthodologie

La méthodologie The Good Enough Communication® est conçue pour mettre en place des processus photographiques qui affermissent le degré de confiance dans l’environnement du travail à différents niveaux. L'image et l'humain ne sont jamais séparés. Les associer lors d'activités est très efficace pour mettre en valeur le visage humain de l’environnement professionnel tout en renouvelant son image et vice versa. The Good Enough Communication® actionne des leviers créatifs et ludiques tels que la participation active des travailleurs, l’imagination et l’utilisation d'outils créatifs (dessin, photographie, métaphore, questionnaires) lors d'activités photographiques. Et ces activités servent à développer des produits sur mesure, qui répondent à des besoins précis en communication interne ou externe et en ressources humaines. The Good Enough Communication® est une méthodologie transitionnelle qui fait, entre autres, référence à la capacité à relier l’interne et l’externe, l’individu, le groupe et l’environnement, au travers d’objets et d’expériences fondamentales : un doudou, un objet d’art, une expérience culturelle, le sport, les passions, les relations humaines, le rêve, l'imagination.

The Good Enough Environment

Les individus ne contrôlent pas leur environnement. Ils peuvent récupérer par contre une marge de manœuvre lorsqu’ils se penchent sur la façon dont ils se le représentent. Les émotions, les souvenirs, le ressenti corporel influencent involontairement la façon dont ils se rapportent à la réalité extérieure et ce, au travers du puissant "levier" qu’est l'imagination.

Aussi longtemps qu'intérieurement et subjectivement, les individus perçoivent leur environnement comme "suffisamment bon", ils se débrouillent et conservent une capacité à créer des liens, à interagir relationnellement, à expérimenter et à agir. Inversement, si l'environnement inquiète, empiète, fait défaut, voire fait effraction (quelle qu'en soient les raisons), au bout d’un moment, les individus ne peuvent plus se le représenter de manière "satisfaisante". Ils commencent à entretenir involontairement un rapport de méfiance, qui peut aller crescendo. C'est comme si leur faculté d'adaptation au travail était minée parce qu'il n'est plus possible d'imaginer que l'environnement est simplement porteur.

Cette relation dynamique entre les travailleurs et l’entreprise est au centre des processus de communication "suffisamment bonne" développés par Émilie Danchin. The Good Enough Communication® met l’accent sur les ressources intérieures des individus, qu’elle relie au travers de l’expérience créative et la photographie à l’environnement professionnel. La collecte de "bribes d’expérience positives", de "souvenirs agréables", des "petites choses qui marchent" sont privilégiées, afin de favoriser une remise en action consécutive naturellement. En effet, l’identification des "attitudes créatives" et des "comportements non négociables" des travailleurs modèlent leurs perceptions et leurs actions soutiennent la culture d’entreprise. La récréation ou la remise en jeu de ce type de ressources permet de (ré)intégrer l’environnement de façon harmonieuse et précieuse. La confiance, le sentiment d’appartenance à une communauté humaine, la sécurité sont maintenus et affermis, restaurés ou rétablis. Le sentiment de cohérence en interne, la curiosité, la motivation, la participation sont régénérés.

The Good Enough Image

Les projets The Good Enough Communication® sont conçus pour remettre en jeu des aspects humains. Or, travailler son image individuellement rejaillit avec force sur l'image publique et collective de l'entreprise. Par conséquent, les projets répondent en même temps à des besoins en communication précis car leur forme aboutie est photographique. Elle varie selon les exigences et besoins identifiés du reportage photographique (Novartis), à la création d’un portfolio ou d’une œuvre d’art collective (akkanto), à la création d’un photolangage et d'une exposition participative (Cultures & Santé asbl) ou à une campagne d’affichage (bpost, La Loterie nationale), etc. Des teambuilding, du copywriting, de la direction artistique ou encore une recherche-action ou de brainstorming sont réalisés. La méthode The Good Enough Communication® est un outil de recherche, de création, de performance, de (re-)connaissance de soi, de résilience. Elle est aussi un remarquable outil projectif et visionnaire, témoin et trace des possibles dans un contexte professionnel.

The Good Enough Communication schéma Émilie Danchin
Teambuilding akkanto, multiple talents, multiple passions, a common sense

L'expérience culturelle selon D. W. Winnicott

Le mode d’investissement expérimental et imaginatif est à la base de notre expérience culturelle du monde et de notre sentiment d’exister. La méthodologie. The Good Enough Communication® envisage "la créativité dans son acception la plus large, comme la coloration de toute une attitude face à la réalité extérieure, un mode créatif de perception qui donne aux individus, le sentiment que la vie vaut la peine d’être vécue" (D. W. Winnicott). En dehors d’un tel mode de perception, l’individu tend à se soumettre à la réalité. Au lieu d’explorer la réalité de manière significative, il la subit et se replie sur lui-même. Un tel rapport de soumission à la réalité entraine un sentiment de futilité, associé à l’idée que rien n’a d’importance, au point de créer à la longue, une fausse personnalité ou de tomber malade. C’est en ce sens que l’on peut parler d'environnement professionnel "suffisamment bon" ou non.

The Good Enough Communication® utilise la photographie comme un terrain de jeu, une aire d’expérience individuelle et collective. Les individus ont l’occasion de se relier à leur environnement professionnel de manière vivante et de créer une œuvre d’art individuelle et collective, être sujet, auteur, acteur, créateur et spectateur de ce qu'ils sont et donner un visage à la culture dans laquelle ils baignent.

Les processus photographiques sont pensés de telle sorte que les individus y participent dans leur entièreté et se servent de leur imagination. Ce qu’ils imaginent conditionne ce qu’ils font. Et, inversement, ce qu’ils font, certaines activités et attitudes, fondent leur rapport à l'environnement de travail, leur capacité à faire des expériences et à rebondir sur les événements.

Teambuilding akkanto, multiple talents, multiple passions, a common sense

La culture d’entreprise selon Dr Leandro Herrero

La culture d’entreprise dérive des comportements humains. Certains de ces comportements sont incontournables. Autrement dit, quoique l’on fasse, ils sont effectifs. Identifier individuellement un nombre restreint de ces comportements "non négociables" permet de mesurer ce sur quoi repose la culture d’entreprise et ce qui fait sa force. Identifier des comportements observables, simples et significatifs, dont on ne peut se passer, qui soutiennent concrètement une organisation peut donc servir de levier pour insuffler un changement substantiel.

Indépendamment d’un programme de changement, se pencher sur ces comportements "non négociables" est l’occasion de saisir comment les individus investissent l’organisation. La méthode The Good Enough Communication® va chercher dans un premier temps à identifier ces comportements, les réfléchir, les traduire par des mots, des croquis. Dans un second temps, on les mettra en scène en invitant les individus à faire une performance. Ils vont prendre la pose, rejouer leur posture dans le but d’être photographiés.

En se mettant en condition pour se faire photographier, les individus ont l’opportunité d’être à la fois sujet, auteur, acteur, spectateur et témoin de ce qu’ils sont eux-mêmes et de leur positionnement dans leur environnement professionnel. Donner une forme et une visibilité à ces comportements est l’occasion de renforcer le sentiment de contribuer significativement à la culture de l’entreprise, d’être un de ses acteurs à part entière. Cela rejaillit immédiatement sur l'atmosphère et la productivité dans l'entreprise.